Last Night on Earth, avec ou sans toi, … mais avec eux !!!

Notre Avis


 Powered by Max Banner Ads 

Zombie, es-tu là dans Last Night On Earth ?

Last Night On Earth (LNOE) fait partie des jeux que j’apprécie de par sa simplicité à assimiler les règles (pour qui comprends un temps soit peu la langue de Chuck Norris) et de par son ambiance digne d’une bonne série Z. Rassurez-vous tout de suite, ce n’est pas un jeu en finesse. J’entends vos « ouf » de soulagement.

Dans LNOE, certains joueurs joueront les Héros (beau gosse quaterback de l’équipe de foot locale, la pom-pom girl nunuche, un redneck, une infirmière bien gaulée, etc.) et d’autres joueront les créatures d’outre-tombe attirées que par une chose : bouffer le cervau des gentils et beaux héros (enfin pas tous).

Zombie de Last Night On Earth, que fais-tu ?

Chaque héros possède ses capacités propres (avantages et défauts). Pour gagner la partie, les héros devront mener à bien un scénario proposé par le jeu (sous forme de fiche cartonnée). En revanche si le (ou les)  joueur(s) zombie (c’est selon le nombre de joueurs que l’on a un ou deux joueurs zombie) arrive(nt) à chopper les héros ou les retarder dans la progression de leur scénario.

On va dire que il y a une manière particulière de gérer le temps dans LNOE. Les zombies sont donc joués par un joueur humain (ou 2, selon la configuration des joueurs autour de la table) qui en contrôle plusieurs (7 par joueurs zombie). Il faut bien ça sachant que le zombie est à peine plus futé que Roselyne Bachelot, plus épais que Rachida Dati et se déplace aussi vite qu’un escargot sous sédatif. L’union fait la force paraît-il. Les Héros neuneus et les zombies syndicalistes de la SNCF vont, heureusement pour eux, être aidés par des cartes qui leur sont propres (un paquet Héros, un paquet Zombies) et qui leur permettront ainsi d’être un brin plus efficaces. Les cartes se saliront avec le temps, donc nous vous conseillons d’utiliser les protèges cartes de la marque… ah … pas de pub ! Désolé. Le plateau étant modulable, les parties se renouvellent bien et des scénarii existent sur la toile ou, du moins, sur le site de l’éditeur. Sachez aussi qu’il existe une extension répondant au doux nom de : LNOE – Growing Hunger. Dont voici le visuel de la boîte. Mais revenons un tout petit peu à Last Night On Earth (c’est dingue comme je structure mal mes articles !). Donc, une partie c’est un scénario. La boîte contient le plateau central (réversible) et 4 tuiles en « L » qui viennent s’adjoindre au plateau principal. La configuration du terrain change donc souvent et permet, comme je le disais, un renouvellement des parties tout à fait honnête.

Toujours dans la boîte de base de Last Night On Earth, on trouve aussi 2 paquets de cartes (Héros et Zombies) dont certaines cartes sont pour les règles avancées. Il y a en outre les figurines plastiques (héros et zonzons) sans doute fabriquées en Chine.

En effet que ben oui ! Car c’est là que c’est le moins cher et, surtout, à la vue de la qualité parfois douteuse de certaine d’entre-elles il n’en pouvait-être autrement. Quoiqu’on aurait pu se tromper avec la Malaysie… ****J’ai eu pour ma part, en effet, des figurines toutes tordues de que même elles étaient pas belles. Alors j’ai pleuré, mais bon, après avoir fais un tour sur le net j’ai tout réglé avec un coup dans de l’eau très chaude (demande à ton papa ou ta maman de t’aider, sinon tu risques de te faire pincer très fort brûler très chaudement) et hop ! On redresse le tir et remet tout ça dans l’eau froide pour figer le tout, à la bonne place. C’était : les astuces de Tonton Zob Zombie Croque-Monsieur !****

Bon, terminons avec le contenue de cette foutue boîte de Last Night On Earth  ! Vous trouverez un paquet de petits pions en carton, des fiches héros, des scénarii (6 dans la boîte de base), les dés… enfin bref, tout ce dont vous avez besoin pour jouer. Cependant, en bonus vous avez aussi un CD musical pour vous mettre dans l’ambiance… ÔÔ joie ! Euh… Attendez, vous allez déchanter.

L’initiative est excellente mais le CD est musicalement en putréfaction. Le compositeur doit être un pote de l’éditeur, c’est pas possible autrement. Préférez la B.O de  » Sleepy Hollow : le Cavalier sans tête » à la rigueur ou autre chose, mais, de grâce, évitez le CD. En tout cas, je vous aurez prévenu. Ceci étant fait j’en termine avec Last Night On Earth.

Viens me manger, Zombie de Last Night On Earth !

Last Night On Earth se joue à tour de rôle. Les humains-Héros jouent d’abord. Ils ont à leur disposition plusieurs actions possibles, exécutables dans l’ordre de leur choix. Comme par exemple fouiller (pour trouver un fusil à pompe, au hasard) cavaler, se bastonner, etc…Chaque héros peut faire toutes ces (et ses) actions dans l’ordre qui lui plaît, plaît, plaît. Ensuite, jouent les humains-morts.

Leur séquence de tour est plus cadrée car il y a un ordre d’étape à suivre. Comme par exemple l’arrivée des renforts, le déplacement, d’une case des zonzons vers du cerveau frais, piocher une carte de son paquet zombie, etc. Et se bastonner dès que l’occasion se présente. C’est même une obligation, car si un héros est sur une case adjacente, que ce dernier soit en short, en pyjama ou armée jusqu’aux dents, le zombie lui ne se pose pas de question… il fonce !! (enfin à une case de vitesse de déplacement je ne suis pas sûr que l’on puisse appeler ça « foncer »… m’enfin…).

Pour conclure de la fin, Last Night On Earth  est une merveille de par son ambiance bien sympathique, drôle et avec des situations chaudes pour les héros, voir même aussi tendues que le string d’une jeune pucelle. Le jeu est simple à aborder à qui est arrivé au moins en 4ème techno et a suivi un temps soit peu les soporifiques cours d’anglais de madame Michaud.

Le matériel reste agréable à l’œil mais sa fabrication, ou du moins le soin qui doit y être apporté (notamment pour les figurines) est assez moyen. Pas rédhibitoire pour jouer, mais moyen. Donc pas top.

Le CD est une bonne idée. Ne pas l’écouter en est encore une meilleure. Vous pouvez donc vous délester de quelques euros (29€ quand il est en promo), vous ne le regretterez pas, c’est un bon investissement pour qui aime les zombies et leur ambiance.

Si j’avais pu ma note de testeur objectif et détaché aurait été de : 21 / 20
Résumé
Article
Last Night on earth : Boardgame
Auteur
Description
La revue et le test de l'excellent jeu de survie en milieu zombie sur un plateau. Last Night on Earth : the Zombie Game par The Flying Frog.
Last Night on Earth, avec ou sans toi, … mais avec eux !!! 5.00/5 (100.00%) 3 votes

Détail des appréciations

Big Boss — Super chef de la médiocrité rédactionnelle et tyran au QI remarquable qui n'a pas besoin de copier sur ses petits camarades pour exister. Il est aussi à lui tout seul le mec qui a bu 5 pintes de bière, sans respirer, et — attention — sans témoin ! C'est dire l'exploit ! Adore les crêpes beurre-sucre.

2 Comments

  • Répondre mai 12, 2014

    john686357

    Mais entre les joueurs zombies et humains,il faut être combien a jouer minimum pour que le truc soit intéressant ,a jouer justement ? :)

    • Répondre mai 14, 2014

      Croque-Monsieur

      2 suffit. 3 c’est rigolos car le joueur zombies peut prendre « tous les zombies » soit 7×2 figurines (qui reviennent régulièrement).

      Comme la plupart des jeux de société, tel que son nom l’indique implicitement, il vaut être minimum trois ou quatre.

      Perso, j’adore celui-ci.

      Bon jeu !

Leave a Reply